Poka-Yoke (groupe mardi)

Définition du concept

Ce concept d’amélioration de la qualité fut inventé en 1986 par un ingénieur japonais dénommé Shigeo Shingo . Le poka-yoke est un mécanisme ou une méthode servant à prévenir les erreurs et les défectuosités de façon mécanique, ce qui nous assure une bonne qualité. Au départ appelé Baka-Yoke, qui voulait dire « à l’épreuve des idiots », le terme a par la suite été changé parce que les employés n’appréciaient pas l’utilisation du terme Baka, qui veut dire « idiot ». Les systèmes de Poka-yoke, au contraire des êtres humains, sont sans défauts et permettent aux entreprises de s’assurer qu’aucun défaut ne sera présent sur le produit final. Cet outil est très favorable à la démarche d’amélioration de la qualité, car il est très efficace lorsque son concept a bien été compris. Afin que le concept soit bien compris et assimilé par une organisation, celle-ci doit savoir faire la différence entre les termes « erreur » et « défectuosité ». Une erreur consiste généralement en une erreur humaine provoquée par une incompréhension, une déconcentration ou due à l’inexpérience du travailleur. Une défectuosité, pour sa part, provient du fait que le produit qui a été livré au client ait pu passer par plusieurs postes sans être vérifié et l’erreur commise n’a donc pas été détectée. Le Poka-yoke sert en fait à ce que l’erreur commise soit détectée et corrigée, par le biais d’une inspection, avant que le produit ne soit acheminé au client.

Les types d’inspection

Afin d’appliquer la technique du Poka-yoke, on peut avoir recours à trois techniques d’inspection. La première est l’inspection par jugement, qui consiste à vérifier toutes les unités de chaque lot produit et qui sert à séparer les unités défectueuses des unités conformes. Toutefois, cette technique n’a pas pour but de gérer efficacement la qualité. La deuxième technique est l’inspection informative. Cette dernière sert à analyser le comportement des différents processus grâce à des données recueillies de la ligne de production et d’y apporter des correctifs si les résultats l’imposent. De plus, cette inspection peut être faite de deux autres manières. La première est une inspection successive, qui consiste à ce que chaque poste vérifie le travail effectué par le poste avant lui. Cette méthode a pour but de diminuer le plus possible les coûts et le temps nécessaire pour chaque inspection. La deuxième façon de faire consiste en une auto-inspection qui, étant assimilée au Poka-yoke, fait en sorte que chaque poste peut prévenir les erreurs et les repérer en même temps d’accomplir son travail. La troisième technique d’inspection est une inspection de source. Cette inspection indique si les conditions nécessaires à la réalisation de la qualité sont présentes dans le processus de production. À l’aide de cette inspection, le mécanisme de Poka-yoke utilisé nous avertira d’une erreur qui s’est produite à l’intérieur du processus ou arrêtera tout simplement le processus jusqu’à ce que la situation soit rectifiée.

Caractéristiques et fonctions du Poka-Yoke

caractéristiques et fonctions du poka-yoke

Exemple de Poka-yoke

Vidéo 1 :

Le Poka-yoke est très utilisé sur les véhicules, comme on peut le voir dans cette vidéo. La personne ne peut pas enlever sa clé de l’ignition lorsque la transmission n’est pas sur «parking». Ça nous permet d’être surs que le véhicule va rester à l’endroit où on l’a stationné, puisque si l’on pouvait enlever la clé peu importe l’endroit de la transmission, par exemple lorsque le véhicule est au neutre, il ne serait probablement pas au même endroit où on l’aurait stationné au départ. Nous pouvons également observer que lorsque le véhicule est allumé, on ne peut pas l’embrayer sur marche avant ou sur marche arrière. On doit obligatoirement avoir le pied sur la pédale de frein afin de pouvoir changer la position de la transmission. Cela évite de briser le véhicule ou d’avoir un accident qui pourrait survenir parce que le conducteur pourrait mettre le gaz au fond en embrayant et ne pas s’en rendre compte.

Images représentant l’utilité du Poka-yoke

Cette image montre très bien l’utilité du Poka-yoke. Même un enfant de cinq ans qui n’a jamais mis deux prises électriques ensemble ne peut commettre d’erreur. Si l’enfant la met du mauvais côté la première fois qu’il essaye, cela ne va point marcher puisque le plus gros morceau de métal ne pourra pas rentrer dans le petit trou. Donc, même s’il persiste à essayer de rentrer le plus gros morceau dans le petit trou, il ne sera jamais capable tant et aussi longtemps qu’il n’essayera pas de mettre le gros morceau dans le gros trou. Cela peut s’appliquer aussi dans une usine d’assemblage. Si un ouvrier doit faire les mêmes gestes répétitifs toute la journée, son niveau de concentration risque de diminuer plus la journée va avancer et donc, il y aura plus de risques d’erreurs. Par contre, s’il y a un Poka-yoke ressemblant à celui de l’image qui l’empêche d’assembler deux pièces ensemble quand elles ne concordent point, il n’y aura pas d’erreur et le client est sûr de ne pas recevoir de pièces défectueuses puisque pendant le processus, il y avait un Poka-yoke qui empêchait l’ouvrier de faire une erreur.

Le Poka-yoke peut être très utile en usine, mais les produits que vendent les entreprises peuvent aussi contenir des Poka-yoke. Nous pouvons en retrouver dans plusieurs produits comme les automobiles, les tondeuses, les souffleuses… Les Poka-yoke sur les produits vendus peuvent être très utiles pour ne pas de se faire poursuivre.


La tondeuse est un exemple parfait pour représenter l’utilité du Poka-yoke. Quand l’être humain lâche la poignée, le moteur de la tondeuse arrête. L’utilisateur de la tondeuse ne peut donc pas se mettre la main en dessous de la tondeuse pendant que celle-ci fonctionne. S’il n’y avait pas de poignée, la tondeuse pourrait continuer de fonctionner pendant que l’être humain se met la main en dessous pour enlever quelque chose qui s’y est pris, et les risques de blessures seraient très élevés. Dans ce cas-ci, l’être humain pourrait poursuivre l’entreprise pour dédommagement, mais les fabricants de tondeuses sont protégés de ces poursuites s’ils utilisent le Poka-yoke.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s